27 juin 2009

Avion solaire ....

decoration

n avion écologique

Les trajets en avion représentent 3% de l'ensemble des émissions de gaz à effet de serre. Et la pollution dans les hautes strates de l'atmosphère est encore plus importante. D'où l'idée de voyager grâce aux énergies renouvelables.

Avec ses cellules solaires positionnées sur les ailes de 80 mètres d'envergure, le SolarImpulse emmagasine un maximum d'énergie pendant la journée. Photo © SolarImpulse

Depuis 3 ans, une équipe de 25 spécialistes encadrés par une quarantaine de conseillers scientifiques, travaillent à la réalisation du projet "SolarImpulse". Un avion propulsé uniquement par l'énergie du soleil, qui se veut à la fois un défi scientifique, un pari sportif et un symbole écologique.

Economiser l'énergie

Le SolarImpulse n'est pas le premier projet de ce type. Plusieurs vols ont déjà eu lieu, mais Bertrand Piccard ambitionne lui rien moins que de boucler un tour du monde. Pas si simple. Car l'énergie solaire doit non seulement servir à propulser l'avion, mais aussi à recharger les batteries pour assurer le vol de nuit. Pendant la journée, l'énergie est accumulée dans des batteries au lithium disposées dans les ailes. Elles doivent impérativement être pleines chaque soir pour tenir jusqu'au lever de soleil suivant. Et on peut compter au mieux sur huit heures environ de lumière "utile" par jour : quand le soleil est trop bas sur l'horizon, ses rayons ne sont plus efficients. Autant dire que la chasse aux économies et au poids superflu est ouverte.

D'ailleurs, le SolarImpulse ne peut pour l'instant accueillir qu'un seul passager : le pilote. Malgré le cockpit équipé de la pressurisation, d'un diffuseur d'oxygène, de l'élimination du CO2 et de l'humidité, la traversée ne sera pas d'un grand confort.

Grand mais vulnérable

Le SolarImpulse n'a rien d'un jouet : il mesure 80 mètres, plus que l'Airbus A 380 ! Ceci bien sûr pour offrir une surface maximale aux cellules solaires, mais aussi pour réduire la traînée induite. Mais alors que l'Airbus pèse 560 tonnes, l'avion solaire est un poids plume : 2 tonnes à peine. Il est en effet en fibre de carbone, une matière ultra-légère et très résistante.

A 70 km/h maximum, le pilote aura tout le loisir d'admirer le paysage ! Photo © SolarImpulse

Avec un poids aussi faible, le SolarImpulse sera très sensible aux turbulences, et donc particulièrement délicat à manœuvrer. Il n'a pas intérêt à être pris dans une grosse tempête ! L'avion a quand même été conçu pour résister à des conditions climatiques et à des contraintes mécaniques extrêmes. Dans les airs, la température peut varier de +80°C à -60°C ! Pour cela, une "peau" composée de cellules solaires ultra-minces est intégrée dans les ailes. Les cellules sont encapsulées (c'est à dire protégées par un film plastique) et flexibles pour suivre les déformations et les vibrations de l'aile.

Le tour du monde en 2011

Un prototype de 60 mètres d'envergure devrait sortir l'an prochain, avec un vol d'essai prévu pour 2008. Pour le tour du monde, il faudra attendre 2011. Une escale est prévue sur chaque continent (soit des étapes de 3 ou 4 jours), non pas que l'avion ait besoin de se poser, mais parce que c'est la durée maximale que peut supporter un pilote dans son minuscule cockpit.

On l'aura compris : le vol charter pour la Tunisie à bord de l'avion solaire n'est pas pour demain. Il faudra encore longtemps se contenter d'un gros Boeing polluant marchant au kérosène. Et si on passait finalement ses vacances en Bretagne ?

 

19:11 Écrit par Xavier Bonjean dans Divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |